:: Administration :: Présentations :: Fiches Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tout recommencer après une vie de merde ? Comme si c'était simple... [Terminé]

avatar
Messages : 33
Crédits : -200
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Fév - 3:52



1
Glenn Seal

Nom :
Sieler

Prénom :
Ernst Glenn

Age :
22 ans depuis longtemps

Nationalité :
Métis Allemand-Américain

Groupe RP:
Orein

Date de naissance :
18 Novembre 1912

Avatar :
Akira - Togainu no Chi

Situation familial :

Inconnue

Version officielle : Parents mort dans un accident de la route l'année de ses 17 ans. Il n'a pas de famille encore vivante à ce jour.

Situation professionnelle :

Dossier n°XXXXX : ???

Glenn Seal, employé comme mécano chez un garagiste indépendant à Salt Lake City.

2
Qui est-tu ?

CARACTÈRE - Glenn n'est pas vraiment quelqu'un d’extraverti. On vous dira plus qu'il a tendance à être un silencieux qui en a pas mal dans le ciboulot, mystérieux… un peu, calme plutôt posé quoi et réservé… Enfin c'était plus avant. Mais il garde quand même ce petit côté de lui. En soi, ce n'est pas une personne très loquace. Bien sûr, si vous lui posez une question, il ne sera pas forcément silencieux mais s'il n’a rien à dire. Rien ne sortira de sa bouche. Il faut dire qu'il est en général plutôt franc : si vous lui cassez les oreilles, il ne se gênera aucunement pour vous le dire. De même, lorsque quelque chose ne l'intéresse pas, il ne prend même pas la peine d'y penser : s'il vous considère comme une véritable nuisance, il se peut même qu'il se contente de vous ignorer passablement avant de s'en aller. En terme de loyauté par contre… Ya pas pire que lui si on peut dire. Disons que… S'il tient vraiment à vous, peu importe qui vous êtes, peu importe ce que vous faites ou bien… Peu importe la trahison que vous lui infligez, il pardonnera ou du moins il essaiera ou bien se persuadera qu'il l’a fait. Sûrement que ce côté très fidèle lui vient de son passé ou bien est-ce son côté naïf ? Qui sait ? Toujours est-il qu’une fois que vous l'avez dans vos filets, il ne vous lâchera plus bien qu'il ne sera pas là pour vous coller non plus. Hey, c'est pas votre mère. Il a pas que ça à faire. Sachez toutefois qu'il est à l'écoute pour les personnes qui comptent vraiment. Peut être même ceux qui en ont besoin. Il a bon fond le jeunot. Il est très compatissant. Il y a d'ailleurs une multitude de traits chez lui qui ne peuvent être abordé dans un texte aussi court comme son côté je n'assume pas ou bien entreprenant parfois (et oui ça arrive) mais s'il vous faut quelque chose de plus. Il faut savoir qu'il obéit aux Oreins sans broncher et qu'il ne sourit plus depuis bien longtemps ou alors il se forcera à le faire. Bonne chance pour comprendre ce gars vu tout les problèmes qu'il a traversé dans sa vie qui a été bien merdique.

Détails : Ayant un passé sombre et comme tout bon personnage torturé, il lui arrive d'avoir des crises d'angoisses lorsque des images de son passé ressurgissent.

Autre chose ? Vous verrez bien plus tard… Un peu de mystère ça ne tue personne.
PHYSIQUE - On va pas se mentir, Glenn possède une apparence assez attrayante. Avec son petit 1m79 (qui lui donnait parfois des complexes sans qu'on ne sache pourquoi), son corps est assez bien bâti sans que sa musculature soit trop imposante non plus. Disons qu'elle est à la fois présente et discrète. Plutôt flou hein ? Intéressons nous à plus essentiel alors. Tout d'abord son visage, jeune, fin et qui laisse transparaître une certaine froideur malgré lui à cause de sa peau blanche et de ses deux prunelles d'un bleu océan profond qui laissent échapper quelques nuances de vert parfois. Une histoire de point de vu et/ou de luminosité paraît-il. Mais, ce qui choque le plus. C'est la teinte de ses cheveux. Une coloration ? C'est ce que vous pensez n'est-ce pas ? Eh bien perdu. Sachez que cette belle couleur grise moyenne a une histoire. Si vous avez eu le courage de lire cet ô combien long pavé ci-dessous peut être avez-vous deviné, peut être que non. Et si vous êtes trop flemmard et que vous vous êtes cantonné au physique et au mental (bande de fainéants). Sachez que son long séjour sous l'océan n'est pas resté sans séquelles. Autrefois, sa crinière quelques peu ébouriffée était d'un magnifique ébène très prononcé mais, à cause de la pression sous marine sans compter la température exagérément froide de l'eau dans laquelle il a été emprisonné pendant des dizaines d'années, les racines de ses cheveux et tout ce qui tient de la pigmentation chez lui ont progressivement été abîmées, chose qui a décoloré la pilosité de notre protagoniste pour passer du noir au gris. De même que sa peau est plus pâle qu’avant mais ça ne change pas énormément. Ah et son tatouage à la nuque a également perdu de son “éclat” si l'on peut dire. Quel tatouage ? Quoi ? Vous n'avez toujours pas lu l'histoire ? Roh la la. Il s’agit d’une suite de petits chiffres et quelques lettres en-dessous d’un 27 qui est un peu plus mis en évidence mais notre héro a tendance à cacher cet endroit via des blousons avec des capuches volumineuses, etc… Même si la longueur de ses cheveux dissimule bien assez.
Pour le reste, disons qu'il a un style vestimentaire “adapté” à son âge même s'il a un peu de mal à s'y habituer. Il préfère porter le même type de vêtements (une vieille habitude de son ancienne vie). Vous le verrez donc souvent porter un jean gris clair, un t-shirt orange, des baskets montantes blanches et un blouson noir avec une capuche bordée de fourrure blanche dans la vie de tous les jours. Sur son lieu de travail, un ensemble uniforme avec pleins de poches pour faciliter son travail de mécano. Et enfin… En tant qu’Orein, il lui arrive de porter d'autres style vestimentaire pour ne pas être reconnu. Disons que… Ça dépend. Mais s'il y a des choses qu'il ne quitte jamais. Ceux sont bien ses deux colliers en chaîne auxquels il tient. L'un étant terminé d'une plaque militaire dont les informations ont clairement été volontairement effacées (donc de vilaines rayures indélébiles dessus) et l'autre… terminée par un pendentif en forme de croix chrétienne bien qu'il ne soit pas vraiment croyant.
HISTOIRE -

- Alors ? J'attends. Donnes nous toute l'histoire. La vérité depuis le début et on avisera.

- …


Sa réponse était silencieuse, il fixait simplement son interlocutrice mais elle prit cela pour une approbation. En fait… Il était plus simple pour lui de dire qu'il était ailleurs en ce moment même. Tous ses souvenirs, toutes ces années envolées sans la moindre possibilité de les récupérer… Cette seule pensée lui laissait une sensation de vide. Après tout… Il ne lui restait pratiquement rien ou plutôt… Tout était flou. Comment déceler la vérité parmi toutes ces images ? Il était prisonnier de ses pensées devant cette femme qui lui rappelait toute sortes d'informations, des informations qui l'aideraient à comprendre son histoire : sa véritable histoire. Était-il un esclave dont le destin avait été écrit à l'avance ? Ses chances d'y échapper étaient bien minces...
Mais pour cela, il devait se souvenir, se souvenir de tout. Lorsque tout avait commencé...

On n’imagine mal à quel point une naissance peut être sujette à controverse quoi que… Disons qu'il y a une époque où les sentiments importaient peu. L'amour avait une place indéniable dans l'idéal commun mais, il ne se faisait pas. Ou rarement. L’on attribuait aux héritiers de bonnes familles un mariage arrangé afin de renforcer ces dernières et ainsi allaient les choses, même encore aujourd'hui pour certaines classes sociales. Toujours était-il que Munich brillait de par son développement culturel et artistique. Peut être que cet excès de rêves était à l'origine de cette romance entre la jeune demoiselle de la famille Sieler et son amant Américain. Qui était-il ? Glenn l'ignorait, après tout, il n'avait reçu qu'un simple prénom de son géniteur mais cet homme l’avait reconnu comme étant son enfant. Avant de s'enfuir lâchement pour quitter ce pays au bord du conflit… Le premier conflit qui s'étendait à l'échelle mondiale.

Et lui dans tout ça ? Il était l’enfant non-désiré, le fruit d'une union controversée dans une famille catholique stricte et exagérément obtus concernant les traditions. L’entourage n’acceptant pas qu'un simple immigré ait pu “engrosser” hors mariage leur fille alors que cette dernière succombait à la dépression, incapable de supporter la trahison de son bien-aimé. Malgré tout, il restait un Sieler, qu'importe sa provenance qui fut d'ailleurs cachée. L'on inversa même l'ordre de ses prénoms pour faciliter son intégration et ainsi, le nouveau né Glenn Ernst Sieler devenait Ernst Glenn Sieler dont l'éducation était désormais prise en charge par ses grands parents ou plutôt… ses “parents” selon les registres du pays. Le savait-il ? Il était encore trop tôt pour le dire…

En ce temps là, la guerre était bel et bien finie et il n'était encore qu'un enfant, sans volonté réelle dans la vie. Oh bien évidemment qu'il n'était pas asocial mais il appréciait ses moments de solitudes lorsqu'il n'avait pas à supporter le bruit des autres jeunots. Disons plutôt… Qu'il ne désirait rien de particulier. Après tout, Ernst savait comment sa vie serait orientée. Loin d'être bête, voir plutôt précoce, le petit avait une certaine aisance pour comprendre ce qui l'entourait bien qu'il était dominé par l’éducation religieuse de sa famille sans compter leur implication grandissante pour ce nouveau parti naissant dans sa ville natale : il n'en restait pas moins rationnel. On l'enverrai à l’armée lorsqu'il en aurait l'âge pour servir dignement la Nation, se devant de monter les échelons sans oublier un potentiel mariage avec une pure inconnue juste par intérêt commun : peu importe ce qu'il en pensait. Tout ça dans le seul but de contribuer à la prospérité de son nom. Son libre arbitre ne comptait pas. Personne ne s'en souciait depuis son plus jeune âge mais il n'avait pas l'intention de se battre, il n'avait personne pour l'en motiver de toute façon, aucuns véritables amis. En fait, il avait juste abandonné, avant même d'avoir envie de lutter. C'était inutile. Une perte de temps. Alors le garçon se contentait juste d'apprécier son restant de semi-liberté tant que cela était possible. Apprenant sans réfléchir tout ce qu'on lui inculquait (sa bonne mémoire aidant grandement). En parlant de temps limité, il avait même failli être envoyé aux jeunesses hitlériennes mais l‘organisation avait heureusement été dissoute… Avant d'être réformée plus tard…

- Je n'en crois pas un mot. Avoir autant d'aisance au corps à corps avec une formation militaire d’à peine 1 ou 2 années ?

La jeune femme tapait sur la table, incapable de s'imaginer un tel scénario mais ce n'était que le début de l'histoire et malgré ses bonnes bases en anglais, il avait quelques difficultés. Difficile de se faire comprendre parfaitement, à l'époque on enseignait plus le français, langue qu'il connaissait parfaitement. Qui aurait cru que ce dialecte prendrait toute la place dans le futur ? Enfin, intérieurement il s'écartait du sujet principal, inspirant à nouveau pour prendre une légère pause jusqu'à ce qu'il daigne enfin reprendre le scénario.


Août 1926, le mois qui mit fin à ce semblant de liberté. L’organisation s'était réformée et ses parents n'hésitèrent pas à “l’offrir” pour le bien du parti. Il n'avait que 13 ans mais il n'était malheureusement pas le plus jeune. Dès son entrée, il le savait. Rien qu’en sentant l’atmosphère particulière des lieux. Il le savait. Qu'il n'aurait plus le droit d'avoir un libre arbitre. Il se devait d'écouter, d'accepter et d'apprendre. Pas besoin de réfléchir s'était-il dit. Juste de faire ce qu'on lui disait. Un mouton qui rentrait parfaitement entre les lignes même si… Quelque chose se terrait au fond de lui. Quelque chose qu'il ne fit pas ressortir. Il se contentait juste d'écouter. L’apprentissage fut rude et comme tout jeune enrôlé, il était majoritairement constitué d’un enseignement au maniement des armes, au développement de la force physique, à la stratégie militaire et un endoctrinement antisémite mais en réalité, il n'avait aucune véritable opinion sur le sujet. Face à la propagande, il n'avait jamais réagi plus que cela en tout cas. Toujours est-il qu'il faisait également partie d'une section destinée à faciliter la formation de futurs officiers grâce ou plutôt à cause de sa “famille”. Mais cela n'empêchait pas la vie d’y être particulièrement difficile puisque la cruauté des plus grands envers les plus jeunes était tolérée, et même encouragée : Philosophie du Parti nazi encourageant à éliminer les plus faibles et à s'endurcir oblige. Il était obligé de supporter. Comme toujours.

- Je vois… Ça explique certaines choses en effet mais ce n'est pas suffisant.

Continuait sa comparse en croisant ses jambes. À chaques fois qu'il fallait interrompre, elle était là mais Glenn n’en fit pas grand cas et soupira à nouveau avant de reprendre.


Comment résumer cette époque en une phrase ? Impossible. Alors il valait mieux, avancer plus loin. Bien après son entrée dans les forces armées régulières, non, même après sa véritable formation d’officier et son service d'infanterie… L'année où tout a changé. Ou plutôt… Celle où tout a commencé...
Il avait enfin fini par s'habituer à cette atmosphère, cette ambiance de servitude constante. On ne pouvait d’ailleurs pas faire plus studieux comme élève et c'était peu dire vu la montée fulgurante dont fit preuve le jeune homme au sein de son service. Enfin il fallait dire que le nom Sieler était plus ou moins lié à une telle ascension, les ragots et les non-dits fusaient autour de lui. En particulier… Lorsqu'il obtint le grade d’Untersturmführer en Mars 1934. En voilà une nouvelle bien admirable qui continuait d’alimenter les rumeurs, surtout en sachant qu'il avait à peine 21 ans. Un modèle à suivre en somme et une fierté grandissante pour sa famille bien qu’un nouvel élément se préparait...

“Esclave du destin. Tu l'étais. Ce jour fatidique ne pourrai être oublié…”

Il n'était qu'un jeunot bien obéissant, sans réelle prétention et plus que qualifié. Sa nouvelle affectation l’obligerait donc à partir de maintenant à seconder Edmund mais il n'y avait pas de mots pour décrire sa première rencontre avec le Sturmhauptführer.

- On a assez tourné autour du pot. Ton nom n'est mentionné dans aucunes des archives si ce n'est cette prison pendant la nuit des longs couteaux. Qu’as-tu fais pour t'y être retrouvé ?

S'impatientait-elle en tapotant ses doigts sur le bureau. Bien sûr, Glenn n’était pas aussi précis devant son interlocutrice. En particulier pour ce qui allait suivre… Il se contenta d’avouer qu'il faisait parti d'un groupe rebelle. Mais. Au fond de son esprit… La vérité repassait tel un film.


Rien. Au début il n'avait rien. Ni but, ni envie. Il avait même fini par accepter son destin. Sa vie était tracée. Il n'y avait plus de retour possible… Il n'y en avait plus. Plus jusqu'à ce qu'il assiste Edmund. C'était comme… Se mettre à respirer pour la première fois. Pour la première fois, quelqu'un avait sorti sa tête de l’océan, un océan sans fin et dépourvu de lumière. Pour la première fois, il avait l'impression de vivre. Avait-il des regrets en y repensant ? Peut être bien… Mais s'il y avait bien une chose qu'il ne regrettait pas. C'était d'avoir connu cet homme. Cet homme qui lui avait fait découvrir des aspects de sa personnalité qu'il ne connaissait même pas. Cet homme qui lui a fait ressentir des choses qu'il ne pourrait jamais oublier. Cet homme qu'il a aimé…
Une excitation nouvelle, une liaison proscrite, tant d'interdits si tentant à franchir mais qui ne faisaient que renforcer cette relation. Tout du moins jusqu'au jour fatidique… Auraient-ils dû faire plus attention ? Sans aucuns doutes… S'ils n’avaient pas été aussi insouciant… Peut être qu’Edmund serait toujours en vie. C'était là l'un de ses plus grands remords. Pourquoi avait-il fallu terminer ainsi ? Parce qu'ils étaient deux hommes ? Oui. C'était ce jour-là qu'il s'était rendu compte de ce système absurde. Ce jour-là que tout ce qu'il avait appris… n'était plus rien. Cette nuit-là… On les avait emmenés et enfermés loin de l'autre alors que l'on décidait de leur sort mais la sentence de son amant était bien plus rude que la sienne… Quoique… Au fond… Il aurait mieux valu avoir été exécuté là-bas en y repensant… Il serait mort avec lui. Mais ce privilège ne lui avait pas été accordé.

“J'aurais voulu mourir avec toi”

Un simple voeu qui ne pourra jamais être accordé.

- Hm… Oui, tu es bien sur la liste de ce camp mais, d'après eux, tu es mort là-bas.

Annonçait la jeune femme en relisant quelques feuilles après avoir entendu les explications du jeune homme. Alors comme ça, il était officiellement mort à Dachau ? C'était absurde… Mais l’État avait logiquement caché beaucoup de choses. En soi ce n'était pas nouveau mais avoir une telle évidence devant ses yeux. Ce n'était pas forcément facile à assimiler.


En tout cas, il avait bel et bien été envoyé là-bas et rien qu'évoquer cette partie de son passé… Faisait ressurgir des images capable d’en faire frémir plus d'un. Tout ça. Avait été réel… Et il ne voulait pas en parler tandis qu’une montagnes de scènes douloureuses lui traversaient la tête. Non. Il ne voulait pas se remémorer tout ça. La faim, les humiliations à cause des insignes qu'il portait, les sévices, le froid, la chaleur insupportable et… ce qu'on lui avait fait. Une chose qui l’avait atteint jusqu'à l’âme. Non. C'était hors de question. Il fallait que ces images s'arrêtent. Qu'elles se stoppent par tous les moyens. Si elle voulait savoir ce qui s'y trouvait elle n’avait qu'à lire ses dossiers. Il n'en dirai pas plus. Ce traumatisme l’avait marqué à vie. De même en ce qui concernait la suite de cette histoire… Elle était bien trop douloureuse mais il n’avait pas le choix. Il remit en place son vêtement et détourna les yeux avant de reprendre.

C'était arrivé vers Mi Octobre, il ne pensait pas pouvoir quitter cet endroit un jour. Il n'aurait jamais oser le penser. Tout était fini. Il allait finir sa vie dans cet endroit. Et… Plus rien n'avait de sens depuis qu’Edmund n'était plus. Il se laissait mourir à petit feu. Sa famille ne devait plus le voir comme un être humain de toute façon. Pour eux, il était mort. Mort depuis qu'il avait été jugé par ce pays. Enfin… Jusqu'à ce que des gardes le déportent de ce camp. Au début de la surprise, ensuite de l'appréhension… Allait-on le tuer ? Il ne servait plus à rien de toute façon… Il n'était plus que l'ombre de lui-même…

- Un complexe ?

Demandait l'interlocutrice en croisant les bras.


Si seulement c’eût été un bâtiment scientifique comme les autres… Mais… C'était avec cette partie du scénario que l’on atteignait les profondeurs abyssales. Si l’on pouvait trouver le début triste, la suite n'avait rien d’enviable. Dès son arrivée, il se contentait de suivre ses matons alors qu'ils avançaient à travers des couloirs se ressemblant tous. La suite ? Il ne s'en souvenait pas clairement… Il se rappelait vaguement d'un type habillé d'une blouse et arborant un sourire avant de se réveiller dans une salle entièrement blanche, attaché à un matelas et recouvert de câbles. Cet homme… Il le revit plus d'une fois… En fait, il semblait étrangement être le seul scientifique du coin. Qui ? Quoi ? Comment ? Que lui avait-on fait ? Il ne pouvait rien faire d'autre qu’essayer d'entendre ce qui se trouvait autour tandis qu'il sentait quelque chose d'étrange. Quelque chose avait changé. Il n’avait su dire quoi…

- Numéro 15- …très-... réagi aux comprimés….

Des bribes de conversations par-ci par-là. Petit à petit, il tentait de comprendre ce qu'il se passait mais… Le traitement qu'il subit ensuite... Était sûrement bien trop dur à décrire, Glenn n'avait pas envie de décrire ce qu'on lui avait fait là-bas. Un cobaye. C'était certainement le mot le plus adéquat. Il n'était qu'un rat de laboratoire dont le but était de tester sa résistance et certainement d'autres choses vu les montagnes de drogues et de médicaments qu'on leur donnaient. Sans doute pour cela qu'il n'en avait pas énormément de souvenirs... mais… Il n'était pas seul. Il avait pu voir à plusieurs reprises ses “camarades” dans la même situation que lui. Une même salle remplie de victimes et… encore et toujours cet homme.

“La respiration s'accélère, la peur est à son maximum mais c'est le but de l'exercice.”

- L'eau de ton corps a changé de façon inattendue numéro 27.

Souriait l’homme en blouse en regardant le visage terrifié du jeune homme. Un numéro, un tatouage, c'est ce qui avait été attribué à chaques “prisonniers”. Ils devaient être quoi…? Une trentaine à avoir eu ‘l'honneur” d'être choisi pour participer aux expériences mais plus les semaines avançaient… Plus le nombre de ses compatriotes disparus grandissait. Des “échecs” voilà comment étaient nommés les cobayes décédés. Et Glenn ignorait toujours ce qui lui arrivait… mais… Il le sentait de plus en plus… Qu'il n'était plus comme avant.

- Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Il n'y a aucun cas de complexe militaro-scientifique initiant des prisonniers !

S'énervait la jeune femme. Bien sûr qu'il n’y avait rien. Tout avait été détruit par cette faction étrange et l’homme qui leur avait greffé des fils avait tout fait disparaître. Et visiblement… Il était le seul survivant parmi la trentaine aujourd'hui. Dès lors, le jeune homme se remit à soupirer, nier ses explications ne servaient à rien. Lui les savait vraies en tout cas.


Après le camp de concentration… Même après avoir été traité comme un objet dans ce bâtiment… Il ne pensait pas pouvoir assister à pire. Il ne pensait pas découvrir pourquoi on l’avait changé en monstre. Oui, Glenn découvrait le monde de la rivière et les Kraam dans un bain de sang. Bien évidemment il ne savait rien d’eux mais tout ce feu, ces hurlements... Un véritable chaos se dessinait devant ses yeux. Malgré ses sentiments pratiquement vides et sa capacité, il prit naturellement peur. Il était encore effrayé à l'idée de mourir même s’il savait que c'était impossible. Et peu importe ce qu'il était maintenant. Il ne pensait plus qu'à une chose : fuir. Très loin. Où ces gens ne pourraient pas les retrouver. Et oui, il n'était pas encore seul à cette époque. Parmi tous ces cobayes, il n'en restait que 5 dont lui. 5 qui avaient pu s'échapper. Après tout… Ils n'étaient pas des prisonniers normaux. Notre protagoniste avait pu le remarquer lorsque le bâtiment était encore là mais, il s'agissait d’anciens membres des forces de l'ordre. Tous avaient fui ensembles sans pour autant se connaître. La seule chose qui les unissaient, c'était leur nouvel état. Qui leur faisait passer chaques jours dans la crainte d'être retrouvé par cette organisation mystérieuse. Mais… Il n'y avait pas que les Kraam dont il fallait se méfier…

- Je vois… quelques mois de cavale ? Ça fait bien peu. Mais j'imagine que vous avez dû manquer de chance.

Répondait la personne en charge de l'interrogatoire devant notre héro qui restait silencieux. Il se rappelait de cette époque… Ce fut court… Mais c'était le seul “bol d'air” qu'il avait pu avoir.


Bien évidemment, la fuite était rude… Mais ce petit groupe avait petit à petit appris à se connaître. Les soirées passés ensembles réchauffaient l'atmosphère… personne d'autres ne pouvaient mieux comprendre Glenn que ces gens. Cependant… Il y avait toujours un revers de fortune… Leur objectif paraissait simple : ils n'avaient pas énormément de solutions si ce n'était de quitter le pays donc ils s'accordèrent sur le fait d’émigrer aux Pays-Bas. Hélas, il n'était pas compliqué de deviner que ce but fut couronné d'un échec cuisant. Juste avant la frontière… Ils furent arrêté par la gestapo qui étrangement, avait reconnu un certain tatouage sur chacunes des nuques du petit groupe. Un tatouage qu'ils avaient reçu à l'époque de leur “initiation”... mais qui les identifiaient comme des prisonniers. Et c’était sans la moindre possibilité de fuir ni de se battre vu leur faiblesse tant par leur état que par le niveau et le peu de maîtrise quant à leurs pouvoirs… qu'ils furent arrêtés et enfermés. Pour le reste… Les conditions étaient trop dures à évoquer mais elles ressemblaient au camp de concentration. Peut être était-ce pire ? Peut être que non ? Il ne savait plus… Il n'avait plus l'envie de continuer. Petit à petit, il se perdait. Comment sa vie en était arrivée là ? Et les années passèrent bien vite sans qu'il ne puisse le savoir…

Ah ces pouvoirs… Son corps qu'il haïssait… Était lié à la dernière partie du scénario. Après tout… Il avait bien remarqué que quelque chose avait changé avec toutes ces années puisqu’il… il ne vieillissait plus. Il n'avait même plus l'impression d'être humain en fait. Les gardiens l’avaient également bien remarqué d'ailleurs… alors que notre protagoniste savait parfaitement d'où cela provenait.

“L’eau ne change pas… Elle reste immuable…”

Peu importait… Il espérait juste… Que les autres étaient encore en vie. Il ne pouvait que s'accrocher à ce mince espoir…

- Et ? Je ne vois toujours pas le rapport entre ton arrivée ici et cette prison.

Ajoutait la jeune femme, toujours aussi impatiente. Ne pouvait-elle pas attendre de connaître la suite ? Après tout… Le dénouement arrivait plus tôt que prévu...


Avril 1942. Le dénouement fatidique… La période où il se fit déporter pour la dernière fois… avec ses partenaires de “laboratoire” et d'autres personnes qu'il ne connaissait pas mais qui semblaient également posséder des fils même si le mode de transport différait de l’habituel. Et oui, par voie maritime, sous marine pour être plus précis. Les militaires leur avait fait prendre un U bot en direction de l’Ouest. La destination ? Elle n'était pas claire mais selon les registres de son interlocutrice et quelques bribes de souvenirs… Il s’agissait d’une énième tentative complètement folle et désespérée du 3ème Reich pour s'emparer des défenses des îles Midway par l'intermédiaire d’hommes initiés, une opération inconnue des livres d'histoire d'ailleurs. On ne pouvait sûrement pas faire pire en terme d’échecs répétés vu que la flotte avait vite été repérée par un sous marin Américain. Et c'était sans doute cela qui a tout engagé. Les bombardements, les cri, les explosions, la débandade à l'intérieur de la machine tandis que les corps commençaient à prendre l'eau… si gelée que l'on avait l'impression de se faire transpercer par une infinité de couteaux. On leur avait ordonné de se battre contre l'ennemi mais… Il n'y avait que la mort qui les attendait sous cet océan. Dès lors, Glenn ne s'était jamais senti aussi assailli par la terreur en voyant ses seuls amis disparaître en fumée face aux explosions incessantes. Si ses expériences du passé avait suffi pour le briser corps et âmes. Son esprit lui, ne pouvait plus le supporter. Tout était flou. Le bruit ne devenait qu'un monceau de grésillements. Tout lui échappait. Il avait l'impression que tout ce qu'il était allait exploser d'un instant à l'autre, ce qui n'était pas forcément faux et puis…
Le blanc. Plus rien. Juste un souvenir de la dernière explosion et le froid qui recouvrait tout alors que son corps coulait au plus profond avec les débris du bateau pour compagnie, la pression étant telle que la régénération de son corps ne pouvait l’endurer. Il ne restait plus… qu’une sensation de ne plus exister. Une certaine libération en soi… Il avait assez donné alors… On lui accordait sûrement le droit. Enfin… Celui de rejoindre les autres et… celui qu'il aimait. Il avait même cru le voir. Une sorte de long rêve où il prenait sa main et lui souriait. L'enlaçant une dernière fois avant de s'en aller tandis qu'il ouvrait les yeux.

- Hm…

Sa comparse réfléchissait à nouveau : les éléments coïncidaient. Il avait bel et bien été retrouvé au fond de l’océan. Une recherche bien curieuse maintenant qu'elle y repensait. Un membre de leur faction avait rapporté un fait étrange sur son lieu de travail. Celui-ci travaillait comme scientifique sur la faune maritime et un jour, sans crier gare, l'un de leur robot de recherche avait repêché un étrange corps. Un corps parfaitement conservé, sans la moindre séquelle. Un corps… endormi pour être plus précis. Le phénomène était tel qu'il était forcément lié à la rivière de la vie. C'était une certitude pour les Orein. Alors. Ils avaient récupérés le jeune homme, effaçant soigneusement la mémoire des autres chercheurs au passage.

- Tu as bien conscience que notre aide n'est pas gratuite ?

Fit la jeune femme en le fixant d'un air déterminé mais notre tignasse grise était plus que sérieuse. La première fois qu'il avait rouvert les yeux, c'était pour se retrouver entouré de gens habillés d'une façon bizarre. On l’accusait même d'être un Kraam de façon menaçante, en particulier lorsqu'il reçu un coup qui traversa son corps et un court échange de coups sans comprendre pourquoi : il agissait machinalement. Malgré tout, Glenn ne savait rien de tout ça. Et c'était ce qui l’avait mené à cet interrogatoire avec cette femme. Avec toutes ces explications, elle y voyait bien plus clair en tout cas. Et elle n'avait pas tardé à faire ses explications sur ce nouveau monde. Orein ou Kraam. C'était le choix à faire même s’il n'avait pas vraiment le choix en fait. Mais, après tout ce qu'il avait vécu, plus rien n'avait d'importance et puis… Il préférait soutenir la cause d'un groupe qui utilisait un problème au lieu de le détruire injustement.

- Bien. Nous sommes d'accord. C'est parfait. Voici ton passeport et d'autres documents importants. Nous avons également changé ton identité comme convenu. Alors, récapitulons, tu es maintenant né le 18 Novembre 1997 à Bethel, tes parents ont déménagé à Salt Lake City mais ils sont morts pendant ton adolescence et tu as récemment trouvé un emploi chez ce garagiste, compris ?

Un oui et tout commençait ou plutôt recommençait. Les Oreins avait fait en sorte de l'implémenter dans cette nouvelle vie sans grandes difficultés. Il leur devait beaucoup pour ainsi dire en échange d'une certaine dévotion à la faction. Un prix bien peu onéreux quand on y réfléchit. Mais il avait accepté tous les termes du contrat, tout ce qu'on lui avait dit de faire… Et nous revoilà actuellement, presque 4 mois maintenant qu'il vivait de cette manière. À première vue, il semblait juste être un jeunot apprenant à réparer des voitures mais il restait au fond de lui une sorte de soldat servant la cause d’une faction rebelle. Glenn n’avait émis aucune objection à se battre en suivant aveuglément les ordres… Seulement… Intérieurement... Il était toujours perdu… Même avec ce nouveau quotidien complètement faux. Avait-il un avenir ici...? Un but ? Une place dans cet univers ? Pour l'heure, il devait apprendre à s'adapter...
(c) Reira de Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Crédits : -200
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Fév - 3:53



3
Les pouvoirs


Arme - Luger P08

Thématique de pouvoir - Le fil de l'eau

Maîtriser tout ce qui tourne autour de cette simple molécule H2O c'est tout un art.

Livre de sort

Sort n°1: Génération d'eau
Générer de l'eau en quantité raisonnable qu'il peut manipuler en la contrôlant comme s'il s'agissait de télékinésie, la vitesse et la portée dépendant de la nature.

Sort n°2: Aquakinésie
Permet de faire apparaître de l’eau sous plusieurs de ses formes, tel que l’état liquide, sous forme de gaz ou de glace, pour geler les choses ou tout autre.

Sort n°3: Contrôle Liquide
Augmenter ou baisser la température d’un liquide qui n'est pas le sien pour geler ou ébouillanter autour de lui (à l'intérieur d’un corps vivant, cette action est progressive puisqu’il ne peut que se concentrer sur une personne, action qui prend au minimum 10 minutes avant d'avoir son sang qui commence à bouillir ou geler en soi même si les effets se ressentent bien avant), le sort nécessitant un contact physique continu où un arrêt ferait revenir la température immédiatement comme avant : comme s'il ne s'était rien passé.

Sort n°4: Hydrobond
Au prix d'une quantité raisonnable d'énergie, Glenn produit un jet d'eau sous ses pieds et peut bondir de plusieurs mètres.En outre, le jeune homme se doit aussi de garder une quantité plus ou moins importante d'eau s'il veut atterrir en douceur (donc bien calculer l'atterrissage).

Sort n°5: Lames d’eau
Glenn est capable de matérialiser un ou deux sabres entièrement aquatiques mais ces créations n’en restent pas moins aussi tranchantes qu'une véritable lame. La nature dépendant de la dureté des lames : Niveau 1, la lame se brisera au premier coup, niveau 5, elle aura la résistance d'une pure hache de viking.

Sort n°6: Déplacement aqueux
S'il est en contact avec une source d'eau liquide suffisamment grande pour l'accueillir et qu'il possède son passif 3, il peut se déplacer à l'intérieur en fusionnant avec pour se rendre d'un point A à un point B. Sa vitesse de déplacement dépend de sa nature, au niveau un, il n'ira pas plus vite que s'il marchait tandis qu'au niveau cinq, il peut atteindre les quarantes Km/h bien qu’il n'est d'ailleurs pas du tout protégé par la température de l'eau.

Sort n°7: Déshydratation
Absorber l'eau peu importe sa provenance même si un contact continu est nécessaire pour absorber celle d'un corps.

Sort n°8: Prison de glace
Génère une grande quantité d'eau autour de Glenn qui gèle presque instantanément afin de se protéger.

Sort n°9: Hydrocanon
Un puissant jet d'eau d'un diamètre d’environ 30 centimètres est projeté de la paume de ses mains jusqu'à 10 mètres à pleine puissance, puis diminue de plus en plus avec le temps. La pression de sortie initiale est de (10xNiveau de la Nature).

Sort n°10: Explosion aquatique
Manipuler la température pour faire exploser de l'eau ? Si si c'est possible, simple réaction basique de physique chimie. De ce fait, Glenn peut faire exploser une bombe de glace ou d'eau extrêmement bouillante dont la plus forte peut s'étendre d’un rayon allant jusqu'à 100 mètres (à la Nature 5). La manoeuvre est cependant dangereuse car il ne peut protéger personnes de son attaque (même ses allié à part lui en manipulant l'eau et sa température autour d’eux. (Ce sort n'est possible qu'une seule fois par jour).


Essence de l'eau - La constitution de Glenn change et fusionne avec son fil d’eau. Avantage ou malédiction ? À vous de voir...

Niveau 1:
Peu à peu, sa physionomie s'accorde avec son fil d'eau, rentrer en contact avec n'importe quel source d'eau lui permet de se soigner plus rapidement (plus ou moins longtemps selon la gravité de la blessure). De plus, il peut rester indéfiniment sous l'eau sans problèmes (son corps en absorbe directement l'oxygène).

Niveau 2:
Sa constitution change puisque l'eau de son corps change, il n’a désormais plus besoin de manger, juste de se fournir en eau pour survivre bien qu'il en ai besoin dans une quantité supérieure à celle d'un être humain normal (au moins 3L par jour). Sa nouvelle constitution le rend également insensible à l'électricité ou aux flammes naturelles, mais est bien moins efficace (voir inutile dans le cas de la foudre) contre une attaque magique. Les poisons et autres maladies (naturelles) ne l'atteignent plus ou plutôt moins grâce au cycle de son eau qui ralentit automatiquement le flux et donc ralenti les effets (il se soigne néanmoins automatiquement plus ou moins rapidement selon la gravité d'une blessure).

Niveau 3:
Fini la demi mesure, son corps est désormais entièrement composé de molécule d'eau, mais son corps garde pourtant une consistance assez proche de celle d’un réel être humain. Son corps est par contre figé dans cette forme. Il ne vieillit ni ne grossit plus et il en va de même pour ses cheveux qui ne poussent pas non plus. Malheureusement cette forme n'a pas que des avantages... Là où un corps humain a muscles, tendons ou os pour se maintenir, son corps lui, ne tient que grâce à son fil. Son corps est donc bien plus "fragile" et les attaques qu'il reçoit ne rencontrent que peu de résistances (si tant est qu'elles soient magiques bien sûr, un couteau lambda se contenterait de le traverser). Il serait par exemple aisé de le trancher en deux d'un simple coup de glaive, là où la même action sur un humain, même chétif, demanderait une force phénoménale. D'ailleurs, dans le cas où il subirait un attaque lui tranchant un membre, celui-ci se liquéfierait instantanément en touchant le sol, sapant grandement son énergie. Dans le cas où il tomberait à court d'énergie, son corps va alors perdre toute consistance et pouf, se transformer en petite flaque inutile jusqu'à ce qu'il se soit suffisamment reposé pour se reformer (une journée en général) bien qu'il soit sensible aux changements d'états : S'il se retrouve congelé, il restera ainsi jusqu'à que l'eau fonde et inversement, s'il se fait ébouillanter, il se transformera en gaz et devra attendre de redevenir liquide (ce qui est plus rapide que pour la congélation sauf si l'environnement est aussi chaud qu'un volcan en éruption). (D'ailleurs la température de sa forme physique dépend de la température ambiante, s'il fait froid et qu'on le touche, sa peau sera froide et inversement).

Ps : Si vous êtes assez con pour le boire sous forme de flaque, Sachez que ça ne sert à rien : vu que l'eau finira forcément par ressortir donc il se reformera après.



(c) Reira de Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
avatar
La voix des Cieux
Dieu tout puissant
Messages : 96
Crédits : 666
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Fév - 1:51
Bouyah par ici o/

Grooooooooosses modifs à faire, mais tu t'en doutais visiblement, grâce à l'homo sapiens qui t'a aidé à faire tes pouvoirs.

Je copie/colle donc ce que j'avais écris sur Word pour tes modifs ~

Sort 1 : La vitesse et la portée du contrôle dépendra de la Nature du coup, sinon ton premier sort te permet déjà de noyer les gens même en fuite ~

Sort 3 : Quelles contraintes ? Toucher les gens ? Les voir ? Être proche ? En plein combat ce serait bien trop fort, tu peux affaiblir très rapidement, et tuer en 10 minutes ~

Sort 4 : Du coup tu sautes haut, mais oublie pas que t'es pas insensible aux chutes. A moins d'amortir avec de l'eau jusqu'à une certaine limite ~

Sort 5 : Le tranchant s'améliorera en fonction de ta Nature, donc elle n'est de base pas aussi tranchante qu'une vraie lame. Du coup au début elle se fera désolidariser facilement, puis deviendra résistante.

Sort 6 : De même, la 'vitesse fulgurante' ce sera à haut niveau de Nature. Egalement dans l'eau froide tu auras froid, et vice-versa, a moins de la modifier.

Sort 9 : Pareil, le diamètre et la puissance en fonction de la Nature. Par contre, vu le diamètre actuel, ça ne transperce pas, sinon tu déchires un humain en deux. Donc juste un choc qui repousse, c'est déjà violent de prendre une pression pareil sur le nez, et si poussé violemment contre un mur, ça me parait suffisant ~

Sort 10 : Encore une fois, le diamètre sera en fonction de la Nature. Mais actuellement, même Nature 5 tu défonces une zone de 100 mètres de diamètre en faisant exploser du gel ou de l'eau bouillante. C'est trop. Et j'enlèverais la protection des alliés, vu que la zone sera plus faible ~



Passif 2 : La résistance à l'électricité et au feu me dérange, hormis si tu précises que ça ne concerne pas les sources 'magiques'. Pareil pour l'immunité aux poisons et maladies, c'est trop fort. Une meilleure résistance, un retardement des effets, ça me va.
  Par contre ne pas saigner... C'est bizarre, ton corps n'est pas entièrement de l'eau à ce moment là. En vrai je garderais plutôt ça pour le passif 3, en te donnant une alternative que j'ai, qui ne sera pas vraiment de ne pas saigner. Parce que...

Passif 3 : Parce que le passif 3 est BEAUCOUP trop fort. Immortalité + 'invulnérabilité' + Déstabilisation puisque les coups passent à travers. Moi j'enlèverais tout ça, je rajouterais le fait que le sang coule beaucoup moins vite, voir pas du tout pour les blessures faibles, puisque ton eau veut rester dans ton corps.
  Tout le reste.. C'est too much, c'est pas le fil de la vie, de l'immortalité ou du temps, donc ne pas vieillir, même si tu te transformes en eau, ça doit pas te transformer littéralement, les fils ne sont pas fait pour être totalement déshumanisé. Sauf si le fil en lui-même le sous-entends clairement.



Voila voila ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Crédits : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Fév - 0:41
Hello o/ Cette fois c'est moi qui reprend directement avec ce compte (Faut me comprendre, switch à chaque fois, ça va être d'un ennui ~)

Du coup.. Tout il est bon pour moi, à part un truc que t'as dû zapper de changer dans la masse, y'a toujours l'insensibilité aux poisons/maladies dans le passif 2, que j'aimerais bien voir enlevée. Ou affaiblie comme je disais juste avant, un truc du genre 'ça ralenti les effets' mais rien de plus, pas de guérison, tu peux juste retarder le flux ~

Et je viens de tilt pour le passif 3, mais si on te boit, tu ne te reformes pas à l'intérieur de quelqu'un, mais tu le feras une fois que tu seras sorti. Parce qu'avant ça, tu vas te faire digérer en permanence, donc.. Voila, tu devras passer par le petit trou avant o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Crédits : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Fév - 1:02
Validation de personnage

Et donc, te voici validé, avec des petites règles spéciales puisque ton histoire nécessite que tu ais accès à ton passif comme prévu. Je vais donc t'expliquer comment on va procéder pour équilibrer vis-à-vis des autres joueurs ~

  Tu vas donc commencer niveau 3, exceptionnellement, tu n'auras pas de sort, mais juste tes trois passifs et la Nature 1 comme tout le monde. En revanche, tes premiers crédits seront débités pour justifier ton niveau 3 HRP, et tu pourrais le justifier InRP comme une 'taxe', en attendant que les Oreins te fassent confiance, vu que tu les rejoins dans des circonstances 'exceptionnelles' juste à la fin de ton histoire.
  Du coup tu commenceras avec des crédits négatifs, si c'est pas la classe o/

Et dès à présent, tu peux vagabonder sur le forum et commencer des RPs. Si jamais tu ne sais pas avec qui et comment RP, tu peux aller dans cette section, faire une demande de RP.
Si jamais tu veux paraître bien organisé, il y a la section des listing de RP et de relation, qui te permettra de tout bien rangé comme tu le veux.

Et bien sûr, tu auras probablement des questions au cours de cette aventure RP, alors je t'invite fortement à les poser dans la FAQ du forum. N'hésite pas, nous répondrons aussi vite que possible. Amuse-toi bien parmi nous ! C'est parti !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Présentations :: Fiches Validées-
Sauter vers: